les maisons du désert / las casas del desierto

6 Nov

FRANCAIS

On profite de ce nouvel article pour remercier Jean-Baptiste pour nous avoir donné des conseils sur le montage d’un documentaire et pour nous avoir offert un pied portable pour la caméra.

extrait d’un texte de Sarah.

« Derrière les fenêtres endormies, se déployaient les robes du désert. Elle regarda yeux dans les yeux les monolithes solitaires qui se mouvaient devant elle. Ces habitants du sable se protégeaient par des paravents en fins bambous tressés.

3,4,5 antennes se déploient et s’effacent dans le champ des montagnes. Tous les 500 mètres environ, une maison vient briser la surface plane de la terre. Le rouge s’intensifie et questionne le ciel.

Pour se remettre d’un moment pareil, il faut du temps et c’est le genre de temps qu’il ne faut pas prendre, pour garder tout en tête, les émotions, les odeurs, les flashs, les silences, les lumières, les gris, les noirs, les bras du soleil et les robes du désert.. « 

 

15 Août 2007, tremblement de terre de 7.9 sur l’échelle de Richter. Beaucoup de maisons détruites, de morts, et de dégâts matériels.

Eglise d'Ica / Iglesia de IcaEglise d'Ica, tremblement de terre Octobre 2011 / Iglesia d'Ica. terremoto de Octubre 2011

 5 Novembre 2011, retour sur la situation. Abris « provisoires » toujours là, reconstruction toujours en cours, esprits marqués.

Aux alentours de la ville d’Ica, dans les campagnes, les gens utilisaient beaucoup la construction en fins bambous découpés en deux sur la longueur puis tressés. Ils construisaient aussi des murs entiers de fins bambous, enfoncés dans le sol sableux, sans fondations, puis recouverts de boue, ceci en vue d’isoler du froid la nuit. Pour la toiture, on retrouvait des poutres en bambous plus gros, qui étaient recouverts d’une bâche plastique pour isoler de la pluie. Existaient également un bon nombre de maisons faites en adobe local. Cela nécessitait d’aller chercher la terre sous le sable et la mélanger à l’eau puis la mouler pour en faire des briques.

cannes à sucre tressées / cañas trezendas

 
 Ces modes de constructions existent encore. Malheureusement, beaucoup de ces maisons ont été partiellement ou totalement détruites en 2007. En effet, le manque de savoir et de technique fait que ces constructions restent fragiles et risquent de tomber si survient une réplique ou un autre tremblement de terre.
 
 

bambou + boue / bambú y barro

 

dégâts / daños

Ainsi, les gens pensent qu’il faut construire avec des matériaux nobles soit du parpaing, du béton etc. Seulement, si ces matériaux ne sont pas bien utilisés et mis en oeuvre, ils peuvent constituer un  danger encore plus fort en cas de séismes.

Les constructions en bambous, cannes à sucre ou roseaux, sont assez « précaires » dans cette région et amènent des problèmes dus au vent, à la chaleur de la journée et au froid de la nuit, à la poussiére de sable et aux insectes.

exemple d'une cuisine / ejemplo de una cocina

Suite au tremblement de terre, les habitants attendaient l’aide du gouvernement qu’ils n’ont jamais vraiment vue venir.

Beaucoup d’ONG ou d’associations du monde entier ont été sensibilisées par cette catastrophe et sont venues aider avec une bonne intention. Elles ont, par exemple, mis en place des modules de logements en plastique et bois, en présentant cela comme un habitat pérenne. Seulement, elles ne sont pas adaptées au contexte puisque sous ces maisons de bâches plastiques, les gens ont beaucoup trop chaud. De plus, le plastique se troue et le bois plie sous la chaleur et se fissure. Ainsi, cela ne répond pas aux problèmes évoqués précedemment.

exemple d’un module en plastique offert / ejemplo de un modulo de plástico regalado

Cela rend compte d’un problème : l’aide extérieure n’est malheureusement pas toujours adaptée au contexte géographique et au mode de vie. C’est un débat important et lourd de sens, qu’il faut approfondir.

Quand on demande pourquoi le gouvernement ne fait rien, un pére de famille nous répond : « C’est comme cela au Pérou, ils ont leurs priorités. L’ennemi d’un Péruvien n’est autre qu’un Péruvien. »

Cette journée et les rencontres qui l’ont accompagnée ont été particulièrement porteuses et émouvantes pour  nous …

CASTELLANO

Aprovechamos este nuevo artículo para agradecer a Jean-Baptiste por darnos consejos sobre la realización de un documental y para regalarnos un pie para la cámara.

Extracto de un texto de Sarah:

« Detrás de las ventanas silentes, se exhibieron los vestidos del desierto. Miró en los ojos los monolitos solitarios que se movían por delante. Los habitantes de arena se protegen con de bambú trenzados.

3, 4, 5 antenas se despliegan y desaparecen en el campo de las montañas. Cada 500 metros, una casa sale de la superficie de la tierra. El rojo se intensifica y pregunta al cielo.

Para reponerse de un momento como éste, toma tiempo y es el tipo de tiempo que no se debe tomar para mantener todo en mente, las emociones, los olores, los flashes, los silencios, las luces, los grises, los negros, los brazos del sol y los vestidos del desierto .. « 

15 de agosto 2007, un terremoto de 7,9 en la escala Richter. Muchos de los edificios destruidos, muertos y daños materiales.

05 de noviembre 2011, vuelta sobre la situación. Refugios « provisionales » todavía ahí, reconstrucción siempre pendiente, los espíritus marcados.

Alrededor de la ciudad de Ica, en el campo, mucha gente utilizaba el bambú para la construcción. Se corta por la mitad longitudinalmente y luego se trenza. Ellos también construyeron paredes de bambú, clavados en el suelo arenoso, sin cimentaciones, luego se cubre con barro, esto es para aislar el frío de la noche. Para el techo, hay vigas de bambú más grandes, que estaban cubiertas con láminas de plástico para aislar de la lluvia. También existen varias casas de adobe local. Es decir que hay que conseguir la tierra debajo de la arena y mezclarla con agua y luego moldear.

Estos tipos de edificios todavía existen. Lamentablemente, muchas de estas casas fueron parcial o totalmente destruidas en 2007. De hecho, la falta de conocimientos y de técnica hace que estas construcciones son frágiles y se pueden caer cuando se produce una réplica u otro terremoto.

Así que la gente piensa que tenemos que construir con materiales nobles: ladrillos, concreto, etc. Pero si estos materiales no se utilizan correctamente, puede constituir un peligro aún mayor en caso de terremoto.

La construcción con bambús, cañas son más « precarias » en la región y trae problemas debidos al viento, el calor del día y frío de la noche, el polvo del la arena y los insectos.

Tras el terremoto, la gente estaba esperando la ayuda del gobierno que casi nunca ha visto venir.

Muchas ONG y asociaciones de todo el mundo han sido sensibilizadas por el desastre y vinieron a ayudar con una buena intención. Han implementado, por ejemplo, módulos de vivienda de plástico y madera, presentándolos como habitaciones sostenibles. Pero no están adaptados al contexto, ya que en estas casas de láminas de plástico, la gente tiene demasiado calor. Además, se hacen huecos en el plástico y la madera se rompe. Por lo tanto, no cumple con los problemas antes mencionados.

Esto refleja un problema de la ayuda externa que no siempre se adapta al contexto geográfico y al modo de vida. Este es un debate importante y lleno de significación. Se debe profundizar.

Cuando se le preguntó por qué el gobierno no hace nada, un padre responde: « Así es en Perú, tienen sus prioridades. El enemigo de un Peruano es un otro Peruano”.

El día de hoy y las encuentras que lo han acompañado, fueron muy significativas y emocionantes para nosotras…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :